C’est une perte difficile à avaler, j’étais en dessous de la moyenne de mon jeu

Novak Djokovic a raté une chance unique au Calendar Grand Slam dimanche à l’US Open. Au moins, ce n’était même pas serré alors que Daniil Medvedev a battu le numéro 1 mondial 6-4, 6-4, 6-4.

Après sa première défaite en Chelem cette année, Djokovic a rencontré la presse :

Q. Pouvez-vous expliquer votre émotion sur le moment et à la fin du match ? Je t’ai vu commencer à pleurer au dernier changement.

NOVAK DJOKOVIC : Tant d’émotions différentes. Ce que j’ai dit sur la cérémonie, je le pense vraiment. Bien sûr, une partie de moi est très triste. C’est dur à avaler, cette perte, je veux dire, compte tenu de tout ce qui était en jeu.

Mais d’un autre côté, j’ai ressenti quelque chose que je n’ai jamais ressenti de ma vie ici à New York. La foule m’a rendu très spécial. Ils m’ont agréablement surpris. Je ne savais pas, je ne m’attendais à rien, mais la quantité de soutien, d’énergie et d’amour que j’ai reçu de la foule est quelque chose dont je me souviendrai pour toujours. Je veux dire, c’est la raison du changement que je viens de déchirer. L’émotion, l’énergie était si forte. Je veux dire, c’est aussi fort que de gagner 21 tournois du Grand Chelem. C’est ce que j’ai ressenti, honnêtement. Je me sentais très, très spécial.

Ils ont touché mon cœur, honnêtement. Bien sûr, à la fin de la journée, vous voulez gagner. Vous êtes un athlète professionnel. C’est le genre de moments que vous chérissez. Ce sont des liens que vous établissez avec des personnes qui dureront très longtemps.

Ouais, c’était juste merveilleux.

Q. En quoi le service de Medvedev aujourd’hui était-il si spécial ou difficile ?

NOVAK DJOKOVIC : Je veux dire, il touchait très bien ses cibles. Il est sorti très déterminé sur le court. On pouvait sentir qu’il était au plus haut de ses capacités à chaque coup. Il avait beaucoup de clarté sur ce qu’il devait faire tactiquement. Il l’a parfaitement exécuté.

D’un autre côté, j’étais juste en dessous de la moyenne de mon jeu. Mes jambes n’étaient pas là. J’essayais. J’ai fait de mon mieux. Oui, j’ai fait beaucoup d’erreurs non forcées. Je n’avais pas – pas vraiment de service.

Si vous jouez contre quelqu’un comme Medvedev qui frappe si bien ses points, juste des as, obtient beaucoup de points gratuits sur son premier service, vous ressentez constamment une pression sur vos jeux de service.

J’étais en dessous de tout, pour être honnête. Alors juste un de ces jours où malheureusement, ouais, n’était pas censé être.

Q. Vous avez dit à Paris en perdant deux sets à Stefanos que vous pensiez que si vous pouviez juste obtenir une pause, vous pourriez gagner le match. Avez-vous ressenti cela aujourd’hui?

NOVAK DJOKOVIC : C’était différent parce que mon ressenti sur le court n’était pas aussi bon que celui que j’avais à Paris. Juste au niveau de l’énergie, je me sentais lent.

Mais il y a eu un tournant au début de la seconde que j’ai l’impression d’avoir. Quelques balles d’arrêt là-bas, ouvrant les jeux de service de Medvedev dans le deuxième set. Il y avait du Love-40. Juste un coup ici et là… J’étais très proche.

Qui connaît la trajectoire du match si vous feriez un break en début de seconde. Avec la foule, avec le soutien, je me sentirais probablement peut-être différent.

Mais il a si bien fait. Je veux dire, il était incroyable. Juste le féliciter, tout le mérite de sa mentalité, son approche, son jeu, tout. Il était absolument le meilleur joueur et méritait de gagner, cela ne fait aucun doute.

Bien sûr, je suis déçu du jeu global que j’ai joué aujourd’hui. Je sais que j’aurais pu et j’aurais dû faire mieux. Mais c’est du sport, tu sais. Vous en gagnez un peu, vous en perdez un peu. C’est une perte difficile, une perte très difficile. Mais en même temps je suis content pour lui parce que c’est un gars sympa et il le mérite. Il le fait vraiment.

Q. Zverev s’est inséré dans la conversation au sommet à Tokyo. Maintenant, vous avez Daniil qui remporte un majeur. Nous voyez-vous entrer dans une période de transition dans l’année à venir, un bouleversement au sommet ?

NOVAK DJOKOVIC : Je pense que cela a déjà commencé d’une certaine manière, avec la victoire de Dominic Thiem ici l’année dernière. Daniil, je ne sais pas s’il est n°1 maintenant ou s’il sera bientôt n°1. Écoute, c’est normal. La transition était inévitable.

Les gars plus âgés s’accrochent toujours. Nous essayons toujours de faire la lumière sur le monde du tennis autant que possible. Je parle en mon propre nom. Je veux toujours continuer, essayer de gagner plus de chelems, jouer pour mon pays. Ce sont les choses qui me motivent le plus je pense à ce stade.

Mais la nouvelle génération, si vous voulez les appeler ainsi, n’est pas une nouveauté. C’est déjà courant, établi. Bien sûr, ils vont prendre le relais. Je pense que le tennis est entre de bonnes mains car ce sont tous des gars sympas et de très, très bons joueurs de tennis de haute qualité. Ils ont quelque chose à offrir sur et en dehors du terrain.

Nous espérons que la transition se fera en douceur en termes d’attention et de popularité de ce sport. C’est très important. Nous voulons tous, bien sûr, gagner sur le terrain, mais en même temps, nous représentons tous ce sport au sommet. Nous devons en être conscients, assumer cette responsabilité et essayer d’amener plus de fans dans le monde du tennis.

En fin de compte, c’est ce qui compte et c’est ce qui fait vivre notre sport. C’est ce qui donne l’opportunité aux jeunes joueurs ou aux joueurs moins bien classés de vivre de ce sport. Nous devons faire un meilleur travail là-bas, absolument. Je pense qu’au sommet du jeu masculin, les choses s’annoncent vraiment bien. Je pense qu’à la base, nous devons faire un bien meilleur travail collectivement, alors…

Espérons que ce sera le cas.

Q. Est-ce que les autres matchs vous ont rattrapé aussi aujourd’hui ? Le cinq sets contre Sascha, cette série de quatre sets, cela a-t-il eu un effet sur vous aujourd’hui ?

NOVAK DJOKOVIC : Peut-être. Pourrait être. J’ai passé plus d’heures sur le court depuis Daniil, c’est sûr. Mais c’était aussi une période émotionnellement très exigeante pour moi au cours des cinq, six derniers mois. Chelem et Jeux olympiques et jouer à domicile à Belgrade. Tout se réunissait pour moi ici et accumulait en quelque sorte toutes les émotions que j’avais traversées.

Malheureusement, je n’ai pas réussi à l’étape finale. Mais quand on tire un trait, il faut être très satisfait de l’année. Trois victoires, trois chelems et une finale. Au cours des deux dernières années, j’ai été très transparent et vocal sur mes objectifs, jouer mon meilleur tennis en chelem. J’arrive à faire ça.

Bien sûr, il me manquait aujourd’hui un autre titre du Grand Chelem, mais je dois être fier de tout ce que mon équipe et moi avons accompli. Et au tennis, on apprend très vite à tourner la page suivante. Très bientôt, il y a plus de défis, plus de choses à venir. J’ai appris à surmonter ce genre de défaites difficiles en finale de chelem, celles qui font le plus mal.

Je vais essayer de prendre, d’en tirer des leçons, d’apprendre, d’être plus fort et de continuer, continuer. J’aime toujours ce sport et je me sens toujours bien sur le court. Tant qu’il y aura de la motivation et du flair, je continuerai à rouler.

Q. Après le voyage que vous venez de décrire, quelles ont été les pensées et les émotions que vous avez ressenties lorsque vous étiez assis sur le court après le match aujourd’hui ?

NOVAK DJOKOVIC : Soulagement. J’étais content que ce soit fini parce que la préparation de ce tournoi et tout ce à quoi j’ai dû faire face mentalement et émotionnellement tout au long du tournoi au cours des deux dernières semaines était tout simplement énorme. C’était beaucoup à gérer.

J’étais juste content que la course soit enfin terminée. En même temps, j’ai ressenti de la tristesse, de la déception et aussi de la gratitude pour le public et pour ce moment spécial qu’ils m’ont créé sur le court.

Vous pourriez aimer : [Video]Serena donne un avis ! Bat Sharapova pour la 11e fois consécutive pour remporter le sixième titre à MiamiFederer, Isner fait sortir les adolescents canadiens de Miami

Ne manquez aucune action de tennis, restez connecté avec Tennis-X