Indian Wells en octobre n’est pas tout à fait comme les autres années

Par Chris Oddo | @TheFanChild | mercredi 6 octobre 2021

Les conditions au BNP Paribas Open à Indian Wells sont toujours uniques, grâce à l’air sec du désert, qui a tendance à faire voler les balles dans les airs et à faire rebondir les méchants hors du court. Mais à quoi les joueurs peuvent-ils s’attendre en 2021, le tournoi ayant lieu en octobre, alors que les températures peuvent être encore plus chaudes qu’en mars ?

Ce n’est pas facile à dire, mais ce sera quelque chose à surveiller avec le tableau principal qui débutera pour les femmes mercredi et pour les hommes jeudi.

Le joker Andy Murray, qui fait sa première apparition dans le désert californien depuis 2017, pense que les balles sont plus lourdes qu’elles ne l’ont été par le passé, et il est très bon avec ça.

“Les conditions ont un peu changé cette année”, a-t-il déclaré. “Pas dans la vitesse du court et de l’air et tout, c’est resté le même. Avant les balles que nous utilisions ici étaient extrêmement légères et combinées avec le très l’air léger J’ai toujours – ces dernières années, j’ai eu de bonnes victoires ici, ce n’est pas comme si j’avais mal joué chaque année – mais dans l’ensemble, j’ai été assez incohérent ici et j’ai eu du mal avec ça, mais les balles ici deviennent beaucoup plus lourdes, ce que j’ai j’aime vraiment, j’aime toujours jouer des balles lentes dans des conditions rapides, donc c’est en fait assez différent, je trouve qu’il est beaucoup plus facile de contrôler la balle ici par rapport aux autres années, ouais, j’aurais aimé que ce soit comme ça les années précédentes.”

Repéré à Indian Wells 👀@andy_murray travaillant avant son ouvreur #BNPPO21#BackTheBrits 🇬🇧 pic.twitter.com/1jgMDf7Y07

– LTA (@the_LTA) 6 octobre 2021 La Polonaise Iga Swiatek, qui fera ses débuts dans le tableau principal cette année, pense également que des balles plus lourdes feront la différence, ainsi que la chaleur.

“Je reviens d’Europe alors que c’est déjà presque l’hiver, donc ce sera probablement l’un des défis”, a-t-elle déclaré, “mais aussi j’ai un bye ici en simple donc je vais pouvoir avoir plus de temps pour se préparer.”

Comme Murray, Swiatek dit que les balles lourdes conviennent également bien à son jeu.

“Je ne sais pas si j’ai besoin de beaucoup d’ajustements parce que j’aime vraiment cette surface, j’aime vraiment les balles, donc ce n’est pas comme l’US Open où vous ne pouviez pas la contrôler parce que les balles étaient si légères, voici les conditions sur le court , je les aime bien, alors j’espère juste que je vais pouvoir jouer mon jeu solide grâce à ça.”

L’Espagnole Garbiñe Muguruza n’est pas trop inquiète pour les balles ou la chaleur, elle est juste heureuse d’être de retour au « Tennis Paradise ». L’Espagnole dit que c’était bien pour elle de rester aux États-Unis après l’US Open. Elle a remporté le titre à Chicago la semaine dernière et dit qu’être de retour à Indian Wells, où elle détient un record de 12-7 et est deux fois quart de finaliste, est parfait pour le moment.

“Je pense que c’est très rafraîchissant d’avoir ce tournoi maintenant”, a-t-elle déclaré. “Parce qu’à d’autres moments, nous devons généralement avoir des swings plus longs et voyager à différents endroits. Dans mon cas, je viens d’étirer la série de l’US Open jusqu’ici, et je n’ai pas à retourner en Europe ni en Asie, je suis juste resté ici, ça ne fait pas bizarre mais je suis excité parce que c’est frais d’avoir ça tournoi.”

Douce maison Chicago 🏆

Garbine Muguruza revendique son 9e titre dans l’Illinois en récupérant un set down contre Ons Jabeur en finale 3-6 6-3 6-0 ! pic.twitter.com/mfoOoxOP3s

– We Are Tennis (@WeAreTennis) 3 octobre 2021 La Suisse Belinda Bencic, demi-finaliste lors de sa dernière apparition à Indian Wells, pense que les courts jouent plus lentement qu’avant. Elle pense que cela l’aidera à jouer.

“Habituellement, j’aime beaucoup les conditions ici, toujours, qui n’ont pas changé cette année, j’aime que ça vole un peu plus, bien sûr, il faut quelques jours pour s’y habituer, mais c’est sûr que je trouve les courts un peu plus lents qu’ils ne l’étaient auparavant, il y a quelques années et peut-être les dernières années », a-t-elle déclaré, ajoutant : deviennent gros et s’ils volent beaucoup si ce sont de nouvelles balles et des choses comme ça, alors il faut certainement quelques jours pour s’y habituer mais d’habitude j’aime beaucoup ces conditions et ça me va bien.”

Stefanos Tsitsipas ne sait pas encore trop comment donner un sens aux balles, mais il ajoute que jouer avec les balles Penn utilisées par le tournoi est différent.

“Je ne sais pas si les balles sont les mêmes, comme la Laver Cup, mais ce sont des balles Penn et nous, en tant que joueurs, ne sommes pas habitués à jouer avec des balles Penn, je les trouve légèrement plus lourdes que les balles originales auxquelles nous arrivons. jouer sur la tournée.”

Tsitsipas dit qu’il y a un élément des conditions qui le favorisent : la sécheresse de l’air.

“C’est très sec ici, nous savons que lorsque nous venons ici, les conditions sont très sèches”, a-t-il déclaré. “C’est bien pour moi, car je suppose que je transpire moins, ce qui fait moins de pauses toilettes, ce qui fait moins de plaintes , donc un très bon signe jusqu’à présent.”