US Open de tennis | La course de rêve de Raducanu se poursuit avec la raclée de Rogers

Raducanu a été presque aussi impitoyable contre Rogers, envoyant la dernière Américaine du match nul féminin en 66 minutes.

L’adolescente britannique Emma Raducanu a poursuivi sa course de rêve à l’US Open lundi en écrasant l’Américaine Shelby Rogers 6-2 6-1 pour atteindre son premier quart de finale du Grand Chelem.

Se qualifier pour se qualifier pour les huit derniers d’un tournoi majeur est un exploit en soi, mais le joueur de 18 ans l’a fait sans perdre un set.

Raducanu, qui a fait irruption sur la scène cette année en atteignant le quatrième tour à Wimbledon lors de sa première apparition en Grand Chelem, a fait mieux à l’US Open de manière dominante.

Après un martelage 6-0 6-1 de Sara Sorribes Tormo au troisième tour, Raducanu a été presque aussi impitoyable contre Rogers, envoyant la dernière Américaine du match nul féminin en 66 minutes.

“C’est absolument incroyable de jouer devant vous tous et Shelby est une grande adversaire… ce dont ils avaient été témoins.

Le prochain pour le jeune est la 11e tête de série suisse et championne olympique Belinda Bencic, qui s’est qualifiée avec une victoire 7-6 (12) 6-3 sur la championne polonaise de Roland-Garros 2020 Iga Swiatek.

« Belinda est une excellente joueuse qui est en grande forme, alors je sais que je vais devoir l’amener mercredi », a déclaré Raducanu.

L’adolescent a pris un départ nerveux avec le numéro 43 mondial Rogers prenant la première pause pour prendre l’avantage 2-0.

Mais après cela, il s’agissait d’un trafic à sens unique pour le qualificatif britannique classé 150e qui s’est rapidement installé et a pris d’assaut les 11 matchs suivants pour remporter le premier set et mener 5-0 dans le second.

Rogers, 28 ans, qui a remporté la plus grande victoire de sa carrière avec une surprise au troisième tour du numéro un mondial australien Ash Barty, est apparue à plat et a rapidement été sous le choc.

L’Américain s’était rallié de 5-2 au troisième pour battre Barty, mais il n’y avait aucun moyen de revenir contre Raducanu, qui n’a jamais permis à l’Américain d’ouvrir.